RETOUR MUSIQUE
LISTZ Franz (1811 – 31 juillet 1886)
Cimetière communal de Bayreuth (Allemagne)
Compositeur et pianiste hongrois
 
A écouter :Rêve d’amour (Liebesträume) (1850)  
Pianiste hors norme et compositeur novateur, père de la technique pianistique moderne et du récital, il fut l’un des plus grands musiciens du 19ème siècle. Renommé dès les années 1820, il connut des succès précoces. Mais c’est à Paris, où il séjourna de 1823 à 1835, qu’il acquit une célébrité internationale en tant que pianiste à la virtuosité « transcendante ». Rivalisant avec les plus grands interprètes de son temps, Chopin, Paganini, Thalberg, il fréquentait Berlioz, Rossini, Lamartine, Delacroix, Hugo. Il s’éprit de la comtesse Marie d’Agoult, amie de George Sand.
De 1835 à 1847, il parcourut l’Europe et se produisit dans des concerts qui lui apportèrent la gloire, l’argent et l’admiration du public féminin : de Berlin à Constantinople, de Moscou à Paris, il déchaîna l’enthousiasme lors de prestations qui fascinaient les spectateurs. Bref, Liszt fut l’une des premières vedettes internationales qui déclenchèrent de véritables manifestations d’hystérie collective. Ce furent ces voyages qui lui inspirèrent son cycle de recueils pour piano intitulé Années de pèlerinage.
 
Personnage diabolique, que Gautier croyait sorti d’un conte d’Hoffmann, la princesse Belgiojoso (1808-1871)  résuma le statut exceptionnel de l’artiste à l’issue d’un duel pianistique qu’elle organisa en 1837 entre Liszt et Thalberg : « Thalberg est le premier pianiste du monde, Liszt est le seul. »
C’est ce qui rendit encore plus remarquable le renoncement à la gloire à partir de 1847. En cela, il fut un bon représentant des idéaux de la génération romantique, constamment tiraillé entre la vie mondaine et les aspirations mystiques, entre l’amour que lui portaient les femmes et les visions célestes qu’il exprima dans les Harmonies poétiques et religieuses. En décidant de ne plus passer pour un « amuseur public », il abandonna sa carrière de virtuose et s’installa à Weimar. Il y dirigea de nombreux concerts et s’y livra à la composition, créant notamment le genre du poème symphonique.
 
De plus en plus attiré par le catholicisme, il reçut les ordres mineurs en 1865 et devint « l’abbé Liszt ». Il
renoua avec sa vie errante et partagea son temps entre Rome, l’Allemagne, Budapest.
Professeur de piano à l’Académie de musique de Budapest, il composa de nombreuses pièces religieuses et rompit plus ou moins nettement avec sa vie passée : loin des prouesses du virtuose, il écrivit des œuvres de plus en plus dépouillées et austères.
 
Mort à Bayreuth,  trois ans après son gendre et ami Richard Wagner, sa fille, Cosima Wagner, veilla à ce qu’il soit correctement inhumé dans le cimetière communal de Bayreuth. Sa tombe se situe dans une chapelle.
© PeterBraun74
© JosefLehmkuhl
Avec l'art et la religion, l’amour était la troisième composante de l’âme cette personnalité complexe. Tout en collectionnant les aventures éphémères, Liszt vécut au moins trois liaisons d’importance dont on retiendra, dans cet article,  celle avec Marie d’Agoult.
►Marie d’Agoult (1805 – 5 mars 1876)
Cimetière du Père-Lachaise, 54ème division (Paris)
Après avoir émigré en Allemagne durant la Révolution, ses parents revinrent en France après la naissance de Marie. Son père lui donna le goût de la littérature qu’elle développa. Marié au comte d’Agoult, qui lui fit deux filles, elle rencontra Liszt lors d'un concert dans un salon de la noblesse parisienne (1833). De suite, ils éprouvèrent une violente passion réciproque.
Pour lui, elle quitta son époux. Ensemble ils connurent d’intenses moments de bonheur en Suisse avant une traversée de difficultés. Désireux de relancer leur couple, ils firent une échappée amoureuse en Italie, mais  leur relation continua à se dégrader. Après leur rupture, en 1839, Marie regagna Paris. Dorénavant leurs rapports n’étaient plus que formels. De leur liaison naquirent trois enfants, dont Cosima qui épousa Wagner.
Femme de lettres, comme George Sand, elle choisit un pseudonyme pour publier ses écrits. Sous le nom de Daniel Stern, elle publia, entre autres, Nélida (1846), Histoire de la Révolution de 1848 (1850). Durant le Second Empire, elle tint un salon dans lequel se rencontrèrent plusieurs républicains ou l'économiste Dupont-White (1807-1878).
 
Inhumée au cimetière du Père-Lachaise, sa tombe s’orne d’une sculpture signée Henri Chapu (1833-1891).
© MCP
© MCP
© MCP
Source principale :
 
-L’histoire par l’image : Franz Liszt de la gloire aux ténèbres par Christophe Corbier chargé de recherche CNRS Centre de recherche sur les Arts et le Langage
(*) commentaire(s)
21 décembre 2020
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye de Chelles (77)
-Abbaye de Cîteaux (21)
-Abbaye de Fontevraud (49)
-Abbaye de Longchamp (75) (disparue)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
-Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
-Collège des Ecossais (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Collégiale St-Martin de Montmorency  (95)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Bénédictins anglais (75)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie, rue St-Antoine (75)
 
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Escurial (monastère de l') (Espagne)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée d'Hadrien à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Oratoire St-Honoré ou du Louvre (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 21 avril 2021
COPYRIGHT 2010 - 2021 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.